Sistoeurs

Accueil du site > Anor mâle > Les taxidermistes de l’indécence.

Les taxidermistes de l’indécence.

vendredi 18 février 2005, par Franca Maï

Lors de la séance du 2 février (débats sur les 35 heures), M. Auclair, député UMP de la Creuse répondait au député PCF de la Somme Maxime Gremetz qui lui rappelait l’existence des " trois millions de chômeurs ", par cette antienne bien huilée : " Mais ils ne veulent pas travailler, les chômeurs. Etre payés à ne rien faire, c’est cela qui les intéresse ! " (source : Mouvement national des chômeurs et précaires)

Les 7 millions de précaires dérivant sur notre beau territoire jovial baptisé France encaissent avec une patience peu commune, ce type d’insultes ordinaires.

Mais aujourd’hui, ils baignent dans la félicité. La nouvelle est tombée. Le gouvernement s’occupe d’eux. Ces laissés pour compte vont faire un retour en force dans la construction du bel édifice singeant l’espoir.

Le plan Borloo s’extirpe avec panache des entrailles d’une future mine d’or.

La terre promise : Un plan de développement des services à la personne pour créer 500.000 emplois en trois ans.

Ce qui veut dire en langage décrypté : dansez braves gens, marchez sur les cadavres de vos poulets désossés, tanguez vers cet avenir lumineux. Nous vous autorisons à nettoyer les latrines, les jardins, les cuisines des ministres et patrons surmenés possesseurs d’appartements de fonction aux dimensions mortifères.

Car qui peut se payer concrètement ce type de prestations à la déduction fiscale prometteuse ? ...

Selon l’économiste Jean Gadrey : « Aujourd’hui, moins de 1 % des couples gagnant moins de 1 500 euros par mois emploient une personne à domicile, contre plus de 40 % pour les couples gagnant plus de 5 200 euros. Ce n’est pas ce plan qui y changera quelque chose. » D’autant qu’une autre mesure du gouvernement Raffarin place Jean-Louis Borloo en porte-à-faux : le relèvement des déductions fiscales liées à l’emploi de personnel domestique de 10 000 à 15 000 euros, qui bénéficie aux « 2 % de la population la plus riche » ! (source : l’humanité)

En y réfléchissant bien, ramasser sa propre matière fécale sans passer par des « chèques-emploi service universel » permettrait certainement de proposer des horizons plus attractifs et plus épanouissants à ces futurs travailleurs pauvres déjà trahis et cassés par un système de rentabilité impropre au bonheur humain.

Les rayons de soleil appartiennent à ceux qui les voient. A l’air libre.

Egalement sur e-torpedo.

Répondre à cet article

3 Messages de forum

  • > Les taxidermistes de l’indécence.

    21 février 2005 12:17, par voxx populi

    La tertiarisation de notre économie est une réalité qui peut s’avérer effectivement créatrice d’emplois. Le service aux personne est, en soit, une bonne idée car face au vieillissement de notre population, des métiers accès sur l’écoute, l’aide, et la gestion d’un quotidien que ne peuvent assumer certains de nos concitoyens fragilisés, sont une voie à explorer face au chomage persistant...

    Cependant ces métiers nécessitent des formations plus que qualifiées et mériteraient autre chose que des salaires de misère...La motivation personnelle est un atout mais une rémunération non attractive ne l’est pas. Si nous payons ce service avec ces fameux "chêque emplois" pourquoi ne pas payer l’ensemble de nos "tertiaires" sur la même base...

    On verrait vite si nos cadre sup "tranche élevée" seraient plus entrain à se lever le matin pour exercer leurs métiers hautement créateurs de valeur ajoutée... Aider les retraités et les personnes handicapées mérite plus qu’un chêque emploi service, c’est un besoin évident qui peut susciter des vocations mais pour celà il faut des formations, des formateurs, du salaire conséquent et une perspective d’avenir.... Bref, il faut ce qu’il manque à toute notre économie actuellement, une vision après une critique constructive de notre systême économico-social... Dans un monde qui roule aux flux de capitaux, c’est mal barré !

    Au fait, vous avez pris des nouvelles de votre grand-mère ?

    VOXX

    Voir en ligne : http://www.myassa.net

    Répondre à ce message

    • > Les taxidermistes de l’indécence. 22 février 2005 15:04, par roland

      Alimentons un peu le débat, sur ces fameux chèques emplois. Le principe en est que les charges sociales sont remboursées à l’utilisateur, sous forme de réduction d’impôts.

      Ces emplois bénéficient donc d’une couverture sociale équivalente, mais sont bien entendu plus précaires que des emplois classiques. Le salaire versé est tout à fait libre, à condition d’être supérieur au SMIC - ils ne sont donc pas plus sous-payés que d’autres.

      La question centrale : est ce que les emplois ainsi créés sont nouveaux, ou est ce qu’ils se substituent à des emplois existants (par exemple dans le cadre de sociétés de service).

      Si ce sont des nouveaux emplois, alors le coût pour l’Etat est nul, puisque les charges sociales n’auraient pas été versés s’ils n’avaient pas été introduits et ces emplois représentent juste une offre supplémentaire et totalement optionnelle pour les travailleurs.

      Si ils remplacent des emplois existants, il y a au contraire un manque à gagner pour l’Etat (les charges sociales) et un risque de précarisation.

      Bien sûr, on pourrait mieux faire, par exemple en ne liant pas l’exonération des charges sociales à une réduction d’impôt, ce qui favorise clairement les ménages aisés.

      Quant à la notion de "formations, de formateurs, du salaire conséquent et une perspective d’avenir....", voilà qui met en appétit de propositions un peu concrètes...

      Par exemple développer ces emplois sous forme de services publics, financés par l’impôt (et donc la solidarité nationale) et bénéficiant aux plus démunis.

      Ou, en plus soft, en liant ces avantages fiscaux à des structures qui fourniraient un cadre minimum à ces futurs emplois (contrat à durée indéterminée, salaire, formation, évolution)

      Il manque certainement à notre économie " actuellement, une vision après une critique constructive de notre systême économico-social...", mais c’est reporter un peu loin à peu de frais un problème bien concret.

      C’est avant tout de la responsabilité individuelle de rendre ce monde un peu plus vivable pour les personnes dépendantes. C’est ensuite à l’Etat et au débat démocratique de donner un cadre qui apporte une amélioration concrète sans attendre le grand soir.

      Répondre à ce message

  • > Les taxidermistes de l’indécence.

    21 février 2005 21:59, par voxx populi
    Concernant la baisse de ses marges, M. Leclerc ne va tout de même pas aller jusque là, n’éxagérons rien...Et pourquoi pas payer un peu plus les producteurs qui vendent à perte sous la pression du marché qui veut du prix bas, encore et toujours du prix bas...Dans le grand jeu de la grande distribution le seul gagnant sera toujours l’hypermarché, le producteur devant renoncé à une partie de ses revenus (diktat du prix bas) et le consommateur devant renoncer à un achat citoyen ecolo-responsable (diktat du prix bas)...Même au 21eme siècle l’hypermarché reste le temple de la surconsommation obligatoire de produits bien plus que douteux (O.G.M-bactéries-origines etc..)et quelquefois nocifs. Wall mart n’a pas encore jetté ses griffes sur l’Europe mais de plus en plus de consommateurs se ruent sur les enseignes discount voir hard discount...Au lieu de proner la dictature du prix bas et qualité médiocre si on inventait la dictature du haut revenu et de la haute qualité biologiquement saine et contrôlée ? Notre continent crêve de cette course au moins disant alors que ce devrait être l’inverse...Mais c’est le portefeuille qui décide pour nous...C’est par là qu’il faudrait commencé...Mais celà est une autre histoire...N’est-ce pas monsieur Leclerc ?

    Voir en ligne : http://www.myassa.net

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.