Sistoeurs

Accueil du site > Prose Hack > Elle a pleuré quand même

Elle a pleuré quand même

lundi 9 novembre 2009, par Marlène T.


Elle s’était dit Pleure pas ! quand le boss lui a expliqué que c’était pas de gaieté de cœur qu’il lui annonçait ça, mais qu’il avait pas le choix. Elle s’était dit Pleure pas ! Ce boulot, de toute manière, elle l’aimait pas. C’était purement alimentaire. Elle s’était dit Pleure pas ! Et pendant que le boss argumentait sans relâche, elle pensait aux factures, aux crédits à rembourser, au frigo à remplir. Elle pensait à son mari, à ses enfants, à qui il faudrait annoncer la nouvelle. Et noël qui pointait le bout de son nez… Et le boss qui n’en finissait pas de se justifier pour se donner bonne conscience. En faisant semblant de pas remarquer qu’elle avait de plus en plus de mal à contenir ses larmes. Elle s’était dit Pleure pas ! tu vas toucher le chômage, chercher un autre job, sortir les CV, les sourires, les habits bien repassés.
Elle se disait que tout finirait par s’arranger. Il suffirait de serrer les dents pendant que ces connards de l’ANPE la convoqueraient encore et encore de peur qu’elle tire au flanc. Il suffirait de se serrer la ceinture en attendant qu’un autre enculé de patron la choisisse comme on choisit une pute quand on a besoin de baiser…

photo

Répondre à cet article

5 Messages de forum

  • Elle a pleuré quand même

    9 novembre 2009 18:32, par Séverine Capeille
    Ton texte est poignant. Moi c’est ce boss qui m’attriste, qui n’imagine même pas à quel point tu as du talent ;-)

    Répondre à ce message

    • Elle a pleuré quand même 9 novembre 2009 23:34, par Mireille Disdero

      Oui c’est sûr, ça touche et ça retourne le coeur. On sent bien combien c’est vrai, pour tant de personnes... Le talent ne paye pas forcément en retour ; la preuve, il n’y a qu’à voir les prix littéraires, chaque année... le Renaudot, par exemple... et les boss.

      Il faut du courage et... pleurer, aussi. Pleurer quand même.

      Répondre à ce message

  • Elle a pleuré quand même

    10 novembre 2009 02:22
    quelle sensibilité, quelle profondeur de sentiments, quelle force, et quelle rage dissimulée dans ce texte. bravo

    Répondre à ce message

  • Elle a pleuré quand même

    10 novembre 2009 10:16

    Ah la vie et ses emmerdes ! Juste te dire que cet article est touchant et criant de vérité. Mon plus grand rêve serait de faire un feu de camps avec la paperasse de L’ANPE- euh... plutôt du Pôle Emploi- dans leur local FROID et où les salariés sont dépourvus de motivations et des fois de neurones. Subir leurs putains de réunion où ils vous détournent de votre objectif, vous faire croire que pour vous aucune deuxième chance n’est possible... Lire cet article me donne envie de tout faire SAUTER .Et le boss ?

    A chier...

    Répondre à ce message

  • Elle a pleuré quand même

    4 mars 2010 10:14, par Lilas

    Finalement, c’est un peu comme faire le trottoir, y-a que la mise en scène qui diffère vaguement ... Mais alors très vaguement !

    Mais c’est bon de cracher son venin, même si ce ne sont que des mots ...

    Courage Marlène :-) Tu vas redécouvrir tes vrais talents et peut-être même les monayer ( avec un peu de culot, il en faut, des fois )

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.