Sistoeurs

Accueil du site > Prose Hack > S’aimer malgré les faux plis, dans une vie froissée

S’aimer malgré les faux plis, dans une vie froissée

dimanche 2 novembre 2008, par Marlène T.


Elle lui dit, mais pourquoi, bordel, pourquoi t’arrêtes pas ? Et elle se ronge les ongles. Elle se ronge la peau au bout des doigts. Elle attaque la chair. Elle rogne l’os. Elle a bouffé la première phalange, et lui, il répond toujours pas. Immobile. Le regard bleu dilué, larmes et alcool.

Tu me rends malade, elle dit.
Tu me donnes envie de vomir !
Elle recrache un morceau d’ongle.
C’est ton truc l’autodestruction ? c’est ça ? ca te fait tripper ?
Il entrouvre les lèvres, hésite, cligne plusieurs fois des yeux comme pour tenter d’y voir clair.
Non, il dit. C’est pas de l’autodestruction. C’est de l’autoprotection.

Elle lèche ses doigts, s’attaque à la deuxième phalange, avale un morceau d’os qui se coince en travers de sa gorge. Autoprotection ? Mais tu te protèges de quoi, merde ? Elle a l’air de se demander. Elle se demande vraiment.

Alors elle se regarde en face, pour la première fois. Sans fard. Sans cette maudite indulgence qui lui fait se dire à chaque fois qu’aimer c’est naturel quoi ! C’est pas sa faute si elle a un cœur gros comme ça. Si ça déborde. Elle fait de mal à personne, elle donne juste de l’amour. Elle fait de mal à personne, n’est-ce pas ?!

Tu es belle comme une sirène, il lui dit. Et tu me glisses entre les bras. Entre les mains. Comme une anguille. Je suis qu’un connard d’égoïste, je sais, mais je voudrais parfois te serrer plus fort pour que tu restes là, rien qu’avec moi, toujours. Des fois j’ai mal au point d’avoir envie de te serrer, serrer jusqu’à ce que tu ne bouges plus du tout. Il tremble.

Il cherche quelque chose. Un verre, une bouteille.
Elle ronge doucement et le sel de ses larmes brûle la chair à vif.
Ils savent qu’ils ne changeront plus ni l’un ni l’autre. Une fois cuite l’argile ne se remodèle plus. Ils vont continuer à s’aimer avec leurs mauvais plis, dans cette vie froissée.

Il avale une gorgée d’un trait.
Elle ne ronge plus.
Il n’y a plus de doigt.

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • Oh my God ! Encore un article qui m’émeut... Elles sont géniales les sistoeurs.

    Répondre à ce message

  • Comme c’est beau Marlène et tellemnt vrai ! L’amour... c’est tellement beau et horrible en même temps, et on a tous tellement peur, mort de trouille, les chocottes, car après l’amour, y’a la deception, la déchirure, la rupture... et une fois qu on l’a connu, qu’on la ressentit juste une toute petite fois, qu il est dure d’y croire encore et j’ai beaucoup aimé aussi, comment tu as exprimé ces envies parfois de tuer l’autre pour le garder..( on va vraiment me prendre pour une timbrée, c’est pas grave j’assume) je me rappelle avoir eu l’ envie aussi de serrer si fort l’autre jsuqu’a ce qu il disparaisse...jusqu’ a kfaire craquer les os ! merci Merci

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.