Sistoeurs

Accueil du site > Humeurs > 26 ans, des cheveux blancs

26 ans, des cheveux blancs

vendredi 30 mai 2008, par Flô Bouilloux

À 26 ans, on ne grandit plus, on vieillit. On commence à prendre les marques du temps et à perdre des neurones. Moi qui me disais que j’aurais bien ajouté un ou deux gigas de RAM, c’est raté !

À 26 ans, non seulement on n’est plus jeune, mais on est censé être devenu riche. On n’a plus droit aux réductions au théâtre, au ciné, dans les transports – même si on est encore étudiant – ni à la banque. Ah, la banque ! Pour elle je suis maintenant jeune active. Active je le suis, mais je ne pense pas qu’on soit d’accord sur la définition, au moins, je suis encore jeune et pas déjà senior. Du coup, j’ai une autorisation de découvert de 500 € au lieu de 300, chouette ! Je peux encore plus m’endetter !

À 26 ans, on n’est plus à l’aube de sa vie, mais au matin. On peut déjà se retourner et faire un bilan de ce début de matinée écoulé : au fond, qu’est-ce que j’ai fait pendant ces 26 ans ? Pas grand-chose. Est-ce que, au moins, j’ai fait les bons choix ? Pas sûr.

Avoir 26 ans, c’est aussi – pour une femme en tout cas – commencer à être tiraillée entre ses projets, notamment professionnels, et son horloge biologique ou ses envie de vie normale. À cet âge-là ma mère m’avait déjà depuis deux ans. Si j’avais un enfant maintenant, il aurait quatorze ans quand j’en aurais quarante, ma mère serait grand-mère à cinquante ans, et il ferait la joie de ses arrière-mamies.

À 26 ans, on doit être installé, avoir un vrai boulot, stable, en CDI, un mec, stable aussi, faire des projets de famille et de maison comme dans la pub : Léa et Mathieu, 45 ans à eux deux, veulent un nid bien à eux. On n’est pas censé faire des fausses photocopies de carte d’étudiant pour trouver un appart.

D’ailleurs, quand on a 26 ans, la plupart de ses potes sont maquées, certaines sont même mariées. Les ventres s’arrondissent et voilà les premiers bébés. Jouer la baby-sitter, c’est sympa, mais des fois, ça fout les boules. C’est comme de se regarder dans un miroir magique qui dirait : voilà comment tu aurais pu être. Et là-dessus, on se couche, seule, dans son grand lit, certes douillet...

Pas toujours facile de ne pas être dans les normes. Dans les moments de doutes, on se prend à idéaliser la vie des autres qui doivent certainement en faire autant avec la nôtre. Pas facile non plus, la vie à deux plus un.

On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans. [1]

Et avec dix ans de plus ? On a déjà fait pas mal de choix, on ne peut plus vraiment retourner en arrière, et puis il en reste encore un paquet qu’on ne parvient pas à faire. Établir des priorités dans ses rêves : ceux qui resteront à l’état de fantasmes, ceux qu’on aurait pu tenter si on avait eu le temps, ou si on l’avait pris, mais pour lesquels il va bientôt être trop tard, et ceux qui sont vraiment accessibles à condition de persévérer.

Elle avait dix-sept ans
Elle prenait la vie comme un livre qu’elle commençait par la fin
Ne voulait surtout pas choisir pour ne jamais renoncer à rien
 [2]

D’après un psychotest de Facebook, mon âge réel c’est 18 ans. Je ne sais pas trop ce qu’il faut en penser. À 18 ans, on est jeune, on a la permission d’être fou, de ne pas savoir ce qu’on veut, ou de tout vouloir. On peut faire la fête plus que de raison. Mais à 18 ans, on est encore bébé, on a la fraîcheur de l’insouciance et de l’immaturité. Des choses qu’on ne saurait accepter d’une personne de 26 ans.

Finalement, la vraie question n’est pas de savoir si on rejoindra un jour le rang – même si on parvient parfois à rester un peu à côté, on s’en rapproche quand même – mais si ce sera par la réussite ou la résignation, lassée de se battre.

On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans.
Et on ne devrait jamais le devenir.

Notes

[1] Poème d’Arthur Rimbaud, Poésies, 1871.

[2] Elle avait dix-sept ans, Jean-Jacques Goldman, Rouge, 1993

Répondre à cet article

8 Messages de forum

  • 26 ans, des cheveux blancs

    30 mai 2008 19:35, par Nathalie
    A 15 ans, on se dit "vivement que je parte de chez mes parents et que je sois indépendante". Une fois passée la barre des 17, on commence à se demander si quelqu’un ne s’amuse pas à tourner les aiguilles de l’Horloge,on voit le temps s’accélérer,on doit faire des choix importants, et tout le monde nous répète sans cesse qu’on est bientôt "ADULTE"... Mais au fond si devenir "ADULTE" c’est travailler pour pouvoir vivre, ne plus avoir de temps pour soit, être obligée de rester sérieuse, et ne plus rêver, alors j’espère franchement, pouvoir restée une enfant !

    Répondre à ce message

  • 26 ans, des cheveux blancs

    3 juin 2008 13:44, par josaï
    Bravo pour ton texte car il retrace bien tout ce qu’une femme peut penser de nos jours et je me suis vraiment reconnue au fil de la lecture.

    Répondre à ce message

  • 26 ans, des cheveux blancs

    24 juin 2008 00:03
    Chaque itinéraire est différent, ce qui est touchant dans ton texte c’est ce temps qui passe et qui est palpable, les changements de la société vis à vis de notre âge plus avancé, et ce n’est pas terminé. On approche la trentaine sans presque s’en être rendu compte, vieux jeunes ! On a la passion du cinéma, de la création et on se demande parfois si on s’y consacre assez. on rêve peut-être d’enfant mais on se résigne parfois à ne pas en avoir tout de suite puisqu’on est pas encore assez stable, et qu’on a cette passion pour laquelle on risque encore d’avoir moins de temps. Une partie de moi rêve d’être ton colocataire et d’avoir une sorte de vie d’artiste, l’autre partie de moi m’interdit de revivre dans le Paris que j’ai quitté, mon tout rêve de réussir à vivre ses passions artistiques en restant en province. amicalement et cinématograhiquement à toi Flo, Sua

    Répondre à ce message

  • 26 ans, des cheveux blancs

    5 mai 2009 06:05, par Pomme

    Bonjour,

    Moi je suis tombée par hasard sur votre blog en tapant "26 ans" sur Google parce que c’est mon âge actuel et que je me pose exactement toutes ces questions (hahaha)

    Et finalement... je n’ai toujours pas de réponse et je n’en trouverai sûrement pas ailleurs que dans ma tête... :/

    En tout cas, ce petit texte m’a fait du bien... je vais donc partir me coucher (je sais, je suis décalée) pour rêver d’une vie plus amusante.

    Bonne nuit.

    Répondre à ce message

  • 26 ans, des cheveux blancs

    29 novembre 2009 10:29
    Aujourd’hui : j’ai 26 ans. 26 ans. je me le répète plusieurs fois en me remémorant les blagues de l’an passé de mes amis, plus jeunes d’un ou deux ans que moi, sur le quart de siècle que je venais de franchir. C’est vrai qu’on fait le bilan : que ce soit du côté professionnel ou sentimental, on n’est jamais trop satisfait, surtout quand on est célibataire et encore étudiant. On se prend aussi à songer ne serait ce qu’un moment à avoir des enfants... ce qui semblait inconcevable 2 ans auparavant. Être adulte, j’imagine que notre génération ne le sera jamais - du moins, cette génération élevée à l’occidentale qui avait pour 3ème tuteur étant enfant la télévision avec ses club dorothée et walt disney, où l’on nous apprend au final plus à espérer nos rêves que la réalité de la vie : la vraie place des rêves n’est pas dans le monde réel. Je sais, c’est peut être une vision pessimiste, amer, un peu comme le café sans sucre que je bois ce matin avant de me rendre au travail ( et oui, il y en a qui bossent le dimanche) . Voilà, c’était la vision d’"UN" jeune homme de 26 (j’écris "UN" car je parle pour moi et non pas au nom de tous les garçons) Et à 26 ans je commence peut être un début d’alsheimer car j’ai oublié ce p%^^^/ ;; ; de sucre en faisant mes courses hier... et le café est vraiment amer (ou alors c’est la pilule des 26 ans qui est dure à avaler)

    Répondre à ce message

    • 26 ans, des cheveux blancs 29 novembre 2009 18:12, par Séverine Capeille
      Joyeux anniversaire :-)

      Répondre à ce message

    • 26 ans, des cheveux blancs 2 mai 2010 16:42, par Algérienne
      Sympat le Texte Merci !! j’ai trouvé ce texte exactement comme vous, en tapant 26 ans sur un moteur de recherche, et parceque j’approche de mes 26 ans ( plus que 4 jours). Je fais également le bilan de ma vie jusque la j’essaye de repeindre mes objectifs... mais c’est vrai que c’est dur à avaler lol surtout pour une femme encore célibataire sans boulot stable ... mais au fond je me rends compte que la seule chose à laquelle je pense en ce moment c’est : profiter de la vie et des bons moments avec les gens que j’aime ( et qui m’aiment bien sur) et plus que jamais (et c’est ce que je fais ), on se permet plus à 26 ans peut etre parceque j’ai un cap à passer ou que je ne veux pas grandir ... en tout cas ça vaut le coup d’avoir 26 ans ! meme si la pression sociale augmente d’un cran... :-)

      Répondre à ce message

  • 26 ans, des cheveux blancs

    13 mai 2011 13:10, par kalinou84
    Eh ben ! Je me reconnais tout a fait dans ton texte ! En fait, jusque-la, je pensais etre la seule a me preoccuper de tous ces soucis qui accompagent les 26 ans. Je viens de rompre avec mon copain qui lui avait 3 ans de moins que moi (il m’a quitte pour une plus jeune) et avec qui j’etais restee 2 ans et demi. On avait des projets de fonder une famille l’annee prochaine. Tout est tombe a l’eau... Bref, maintenant j’ai decide de me focaliser sur mes plans professionnels plus qu’autre chose, car je ne crois plus trop en l’amour. Je pense que ’cest une chose ephemere. Peut-etre que le destin me demontrera le contraire. Je viens de rentrer la semaine derniere dans la vie active, et ce boulot me tient vraiment a coeur. Donc s’il faut que je sacrifie ma vie sentimentale pour mon boulot, je le ferai je pense. La pression sociale est la, mais vaut mieux etre seule que mql accompagnee au final !

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.