Sistoeurs

Accueil du site > Ici et Ailleurs > Carnets d’Asie - 2 -

Carnets d’Asie - 2 -

mercredi 27 juin 2012, par Mireille Disdero


La nuit Hanoï

Dans les ruelles la chaleur ne se démonte pas
travaille au corps ceux qui marchent la nuit
tandis que des chiens allongés dans leur cage
attendent un couperet, le festin.
Des étrangers suivant le flot à contresens
les abandonnent, leurs pensées formant un fleuve
qui envahit les jambes de la femme
ses yeux mi-clos, le corps tiède, un bonbon
fondant sous la chaleur, lentement.

La ruelle aux poulets

Les avenues se transforment en ruelles
Où les roues se dissipent dans la fumée
Où le bruit ne peut que fondre entre les flammes
Gesticulant avec la nuit.

Parfumée au miel et couverte d’épices
C’est la chair de poulet, dans le quartier.
Un couple d’étrangers s’installe au ras-du sol.
Ils dégustent les ailes célestes avec les doigts
Qu’ils lèchent pour que le goût persiste et les transporte
Vers un village aux buffles d’eau et rizières en espaliers.

Des enfants et des jeunes femmes
Mènent ces restau du cœur de la rue.
Maîtres du feu et de l’air, ils ne craignent pas les flammes
Qui envoûtent les étrangers.

Et… C’est beau car à force d’Asie,
L’homme et la femme s’y mélangent et le métissage les envahit,
Dans la ruelle aux poulets, la nuit.

Mireille Disdero, Hanoï juin 2012

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.