Sistoeurs

Accueil du site > Music > Pablo Moses "Pave The Way (remaster)"

Pablo Moses "Pave The Way (remaster)"

lundi 4 juin 2012, par Le Collectif Sistoeurs

C’est aujourd’hui, lundi 4 Juin 2012, que le dernier album de Pablo Moses est dans les bacs ! Top départ pour vous procurer "Pave The Way (remaster)" !

Né en 1953 à Plowden, un village rural dans la paroisse jamaïcaine de Manchester : voilà pour l’état civil, mais on connaît peu de choses sur la jeunesse de Pableto Henry, alias Pablo Moses. On sait qu’il a choisi son nom de scène pour refléter ses origines africaines et dénoncer son patronyme hérité d’un colon anglais. Très tôt, il a chanté dans les églises avant de participer à de nombreux groupes où il interprétera ses propres compositions.

Pablo se sent proche des rastas et plus particulièrement des Twelve Tribes Of Israel dont un des illustres membres n’était autre que Bob Marley. Féru de littérature, notre chanteur s’intéresse aux grands hommes du peuple noir : Kwame Nkrumah, Steve Biko, Martin Luther King et bien sur Marcus Mosiah Garvey : "Il est primordial d’utiliser ses connaissances pour ouvrir de nouvelles portes et franchir des paliers afin d’aller plus haut et plus loin. Pour les rastas, le rapatriement en Afrique est avant tout quelque chose de culturel, un état d’esprit. Pour savoir qui tu es, tu dois d’abord avoir conscience de ton histoire et savoir d’où tu viens." Musicalement, si Pablo écoute de la musique jamaïcaine, il est également fasciné par le rhythm and blues et la soul d’outre-Atlantique : Fast Domino, Otis Redding, Ray Charles ou Nat King Cole.

Alors que de nombreux artistes ont besoin de temps pour donner le meilleur d’eux-mêmes, ce n’est absolument pas le cas de Pablo Moses. En 1975, avec son premier enregistrement "I Am a Grassohopper", il démontre une maturité et un talent rares. Une impression totalement confirmée l’année suivante avec son second 45 tours "We Should Be in Angola". En 1977, Pablo sort Revolutionary Dream, premier volume d’un triptyque considéré par beaucoup comme un des chefs-d’œuvre du reggae 70’s. Produit par le très sous-estimé Geoffrey Chung, ce disque met en valeur les textes quasi prophétiques de notre chanteur. La voix de Pablo, étrange et nasillarde, est reconnaissable entre mille. Ses mélodies vocales constituent également une de ses signatures les plus recherchées.
Revolutionary Dream acquiert un tel succès mondial que le journaliste américain du Village Voice le qualifie de "poète diplômé d’université". Afin de parfaire ses connaissances musicales, Pablo intègre pendant deux années la prestigieuse Jamaican School of Music pour étudier le jazz, le funk ou le rock. Toujours supervisé par Geoffrey Chung, son second essai, A Song (1980), bénéficie de cet apprentissage : son reggae roots fusionne avec diverses influences. Ce 33 tours accentue encore sa popularité, piloté par la major Island Records.Les musiciens réputés tels Cedric Brooks ou Sly & Robbie sont rejoints par des choristes de luxe comme Freddie McGregor, Judy Mowatt ou Rita Marley.

Chose assez rare pour être signalée, il n’y a tout simplement aucun mauvais titre sur ce disque, la critique quasi unanime désigne même Pablo Moses comme l’un des prétendants à la couronne du roi Marley.

Pave the Way sera le dernier chef d’œuvre et la meilleure vente de Pablo Moses. Paru originellement en 1980, ce disque a été produit, enregistré et mixé en Jamaïque aux studios Dynamic par le génial Geoffrey Chung. Sur les neufs titres qui composent cet album, on retrouve la crème des musiciens reggae de l’époque : Michael « Boo » Richards (Abbyssinians, Culture), Val Douglas (Ken Boothe, King Tubby), Mikey « Mao » Chung (Serge Gainsbourg, Peter Tosh), Earl Lindo (Bunny Wailer, Alpha Blondy), Dean Fraser (Dennis Brown, Pierpoljak) ou Sticky Thompson (Burning Spear, Jimmy Cliff), personne n’a voulu manquer à l’appel. La voix de Pablo Moses, qui n’avait pas encore connu l’usure du temps, était alors à son maximum. À cette époque, la musique reggae était en totale adéquation avec les critiques des inégalités sociales, économiques et culturelles qui apparaissaient un peu partout sur la planète. Sa vision du monde était pleinement imprégnée de sa foi rasta comme le prouve les excellents « Pave the Way », « Proverbs Extractions » ou « Africa is for me », mais il savait également décrire parfaitement le triste quotidien des jeunes jamaïquains du ghetto (« It’s a Trick », « A Step Before Hell » ou « I See it everyday ») Pendant plus de vingt cinq années, ce disque a été totalement introuvable avant sa réédition en version Cd. C’est le très respecté ingénieur du son Jim Fox (Groundation, Black Uhuru, Israel Vibration etc.) qui s’est chargé de totalement remastériser cet album grâce à Pablo Moses qui avait gardé une copie des bandes master originales. Cerise sur le gâteau, Jim Fox a également complété le travail commencé à l’époque par Geoffroy Chung en proposant les versions dub des morceaux originaux.

Une page importante de la musique reggae roots jamaïquaine est de nouveau disponible sur Cd. Ne ratez pas cette occasion unique de redécouvrir "Pave The Way".

Biographie Par Gilbert Pytel

PABLO MOSES EN CONCERT

26/07 Festival Cabaret Frappé – Grenoble
28/07 Parc EANA a Gruchet le Valasse
29/07 Ruhr Reggae Summer festival – GERMANY
02/08 Théâtre de Verdure – Le lavandou
03/08 Reggae Sunska festival – Pauillac
04/08 Reggae Geel festival – Geel – BELGIUM
05/08 Reggae Jam festival – Bersenbrück – GERMANY
07/08 Tivoli – Ultrecht – THE NETHERLANDS
11/08 Ile de la Réunion – ST LEU – LA RAVINE
14/08 Féria de Béziers - Béziers
15/08 Rototom Reggae Sunsplash – Benicassim - SPAIN

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.