Sistoeurs

Accueil du site > Prose Hack > La mortification

La mortification

mardi 2 novembre 2004, par Franca Maï


L’indécence serait de se taire.
Après tout, voyez comme ils courent.
Essoufflés, entendraient-ils le souffle
D’une bouche refermée ?

Mais c’est là, chaud et rouge
A couler de votre cuir chevelu
A se répandre sur le macadam
A coller la sueur salée en vos oripeaux

La ligne était pourtant droite
Le blanc immaculé de la neige poudreuse
Miroitait la quiétude d’une route facile
Et pourtant

Il se dresse devant vous
Bavant comme un rapace assoiffé
Ce véhicule étincelant
Aux roues non dressées

Et vous comprenez qu’un frein n’y fera rien
Le vertige inévitable
De la chair éclatée

Les tôles froissées feulent
Et les lucioles rouges de l’ambulance
Soulignent le bleu des veines

Le son de l’alarme
Berce vos chimères
En une mélopée lancinante

Votre destin prometteur vient de fuguer

Vous aviez dix-neuf ans
Un trou dans la chaussée

L’indécence serait de se taire.
Après tout, voyez comme ils courent.
Essoufflés, entendraient-ils le souffle
D’une bouche refermée ?

Répondre à cet article

1 Message

  • > La mortification

    2 novembre 2004 12:57, par Joseph Ouaknine
    Ne fermez plus la bouche, Franca Maï ! Continuez de nous dire de si jolies choses... De votre plumes ont jailli de si belles roses

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.