Sistoeurs

Accueil du site > Humeurs > Je ne suis pas dupe de cette escroquerie !

Je ne suis pas dupe de cette escroquerie !

mardi 26 mai 2009, par Keira Maameri

Dans la même semaine, j’ai été spectatrice du dernier spectacle du chorégraphe Hamid Ben Mahi et de "Récital" de la compagnie Käfig. Ce qui a été vecteur en moi d’énervement, de tristesse et de rébellion et cela pour diverses raisons.

Pour poser les jalons avant même de commencer mon récit, sachez que je ne suis aucunement actrice dans une des disciplines qui caractérisent le Hip Hop. Je ne suis ni Dj, ni Mc, ni Graffeuse, ni Danseuse ou autre... Ce n’est pas pour autant que j’ignore les codes de ces univers, ou même l’Histoire de ce mouvement.

Pour ma part, dire des spectacles de Ben Mahi ou de Käfig qu’ils sont purement Hip Hop est une grande duperie, pour ne pas dire escroquerie. Certes, les danseurs sont des hip hoppeurs, mais cela ne suffit pas pour rendre le spectacle Hip Hop. Mourad Merzouki (Käfig) a tellement voulu détourner le sens premier du langage Hip Hop et en ouvrir les frontières, que je le trouve hors Hip Hop. Ce n’est ni le thème utilisé ou la musique qui le rendent ainsi, mais plutôt l’ensemble de la chorégraphie. Finalement, Merzouki a gagné son pari, dans le sens où il le voulait car il a réussi à toucher d’autres publics que les hip hoppeurs-mêmes.

Je ne suis pas fermée au point d’ignorer qu’il y a bien un public qui apprécie ces spectacles. Ce que je souhaiterais, c’est que l’on trouve une appellation plus juste et plus vraie pour cet art, qui est somme toute une mixture de hip hop et de contemporain. J’avoue ne pas savoir quelle proposition faire. Notons tout de même que les spectateurs sont rarement les hip hoppeurs : devons-nous y voir une non-volonté d’être témoins de la mascarade, ou autre chose ? Peut être ne se reconnaissent-ils pas dans ces spectacles ? Peut être que ces chorégraphies ne créent aucun écho en eux ? Je reconnais que le public présent lors de ces représentations ressort très ému et touché par ce à quoi il vient d’assister, c’est donc que cela lui parle... Par conséquent la présence de ce genre de spectacles dans les théâtres est importante. Ce que je déplore cela dit, c’est cette non-volonté des théâtres à programmer plus de spectacles Hip Hop dans ces lieux-mêmes de danse. Lorsque l’on pose la question aux programmateurs, ils rétorquent qu’il n’y a pas de public, ou encore qu’ils ont déjà programmé des spectacles Hip Hop et que donc ils n’en prendront pas d’autres. J’ai même entendu dire que les spectacles Hip Hop n’étaient pas assez intelligents, ou que certains sont trop intellectuels, voire ésotériques. Mon avis est que le programmateur doit penser aux publics d’une manière générale, je ne pense pas qu’il ait à aimer ou à détester certains spectacles pour les programmer et donc à empêcher une sorte d’Art d’exister. Son rôle est de proposer pour tous, un large panel des spectacles qui existent, et c’est au public de se reconnaître dans les uns ou autres et d’aller voir sur scène ce dont il a envie.

Répondre à cet article

1 Message

  • Je connais de Nom la compagnie Käfig mais je n’ai assisté à aucunes des représentations. Ceci dit je comprends ton sentiment et il est important de le souligner. Certains diront que le hip-hop évolue mais j’aime ce côté contestataire que représente le hip-hop. Si j’avais un souhait, ce serait assister à un spectacle hip-hop sur le modèle de Street Dancer qui a mon avis est l’un des plus beau film de danse Hip-hip. De la recherche dans les pas de danse et non sans sens. Il serait temps d’ailleurs de faire découvrir à ceux qui ont encore des préjugés négatifs sur ce mouvement tous les bienfaits : Il a généré des centaines d’emplois, de vocation. Hip-hop as a way of Life ...

    LaetMC

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.