Sistoeurs

Accueil du site > Humeurs > A.D ou l’esthétique de la cicatrice

A.D ou l’esthétique de la cicatrice

mardi 30 novembre 2004, par Franca Maï

Régis Schleicher dans sa 21 ème année de détention - en suspension de peine- libérable depuis 6 ans, croupit toujours en prison.

Nathalie Ménigon, Georges Cipriani, Jean-Marc Rouillan auront fini leur peine de sûreté au printemps 2005. Ils pourraient d’ores et déjà, bénéficier de la loi Kouchner pour raisons médicales mais ils s’asphyxient lentement et sûrement dans les cercueils de l’univers carcéral.

Joelle Aubron, libérée le 14 juin 2004, après dix-sept ans de détention, gangrenée par une tumeur au cerveau- est encagée dans son département de l’Yonne. Elle ne peut s’en évader.. Habituellement la suspension de peine ne fait l’objet d’aucune restriction. C’est donc une mesure coercitive injustifiée. La machine à broyer l’humain fonctionne même hors les barreaux.

Pendant ce temps-là, pour ne citer que lui, Maurice Papon - l’oeil pétillant et cynique- court comme un lapin dans une prairie intemporelle.

Les représentants de l’ordre moral, religieux, judiciaire, militaire et policier en ont décidé ainsi. Les seules questions qui les tarabustent sont :
Les membres d’Action Directe vont-ils baisser les yeux et se repentir à leurs derniers râles ?
Vont-ils trahir leurs idées ?

Six pas jusqu’à la porte.
Six pas jusqu’à la fenêtre.
Voilà le quotidien de ces hommes et de ces femmes.

Six pas jusqu’à la tombe ?

Est-ce le seul voyage que leur concède l’Etat vengeur ?

Je suis étonnée d’entendre si peu s’élever les voix de nos intellectuels et humanistes Français. Les petits fours dans les salons mondains doivent gêner leurs larynx et atrophier le son de leurs borborygmes gênés.

Les membres d’Action Directe ont payé et paient encore chèrement le prix de leurs idées. L’esthétique de la cicatrice est visible surtout chez les trépassés.

Les laissera-t-on une dernière fois humer l’air libre et se baigner nus dans une rivière accueillante parmi les tumulus et les herbes folles, sans menottes aux mains ?

Cette prise de conscience est à la portée de tout être qui réfléchit.

Il suffit de six pas pour apposer une signature.

Il suffit de six pas pour que les portes s’ouvrent.

Répondre à cet article

5 Messages de forum

  • Juste l’envie (et le manque de temps) de vous dire très vite MERCI D Amie de Joëlle et des autres

    Répondre à ce message

  • > A.D ou l’esthétique de la cicatrice

    5 décembre 2004 19:17, par Lou
    "Les membres d’Action Directe ont payé et paient encore chèrement le prix de leurs idées". NON. Ils ont payé et paient encore pour des MEURTRES.

    Répondre à ce message

    • > A.D ou l’esthétique de la cicatrice 5 décembre 2004 22:58, par Franca Maï
      2O ans en quartier d’isolement, ne trouvez-vous pas qu’AD a déjà amplement payé sa dette à la société ? 20 ans de solitude avec pour unique compagne, sa propre voix et le bruit de ses pas. Assez pour sombrer dans la folie ou tomber malade. Ce n’est pas suffisant pour vous, ces années interminables dans un cercueil carcéral pour ce que vous appelez des "meurtres" ?... Eux, les baptisent actes révolutionnaires. Question de langage. Je vous invite à faire un tour sur le site prison.eu.org pour comprendre le quotidien de ceux qui sont "dedans". La punition suprême étant la privation de liberté, nul besoin d’en rajouter dans la torture mentale. Les membres d’AD doivent bénéficier de la loi Kouchner, comme d’autres en ont bénéficié bien avant eux alors qu’ils n’avaient pas les mains propres. Si AD agonise toujours en prison, c’est donc pour des idées puisque ils ont assumé leur peine. Sans se renier. Il existe une loi. Elle doit être appliquée pour tous. Au premières lueurs du printemps, les membres d’AD doivent respirer l’air libre et voir le bleu du ciel, hors les barreaux. Au nom d’une justice juste et humanisée.

      Répondre à ce message

  • > A.D ou l’esthétique de la cicatrice

    6 décembre 2004 11:49, par BIDART Beñat
    Juste, un mot pour vous apporter tout mon soutien ; Beñat

    Répondre à ce message

  • > A.D ou l’esthétique de la cicatrice

    4 février 2006 23:03, par Griffebleue

    Bonjour Franca Je reviens souvent lire les pages de sistoeurs et de torpedo où vous exprimez ce que bientôt il sera interdit de dire...

    car souvent j’entends dans la rue ce peuple ordinnaire de toute condition sociale ou culturelle avoir beaucoup de compassion pour certains types de "criminalisés"...

    mais jamais pour nos camarades prisonniers politiques

    j’étais moi-même convaincu de la faillite de leur tactique, mais trop jeune à l’époque pour les en convaincre.

    ils sont pour moi des aînés et des héros !

    j’entends souvent le peuple de tout regard les maudir... Les ex-membres d’AD sont devenus les bouc-émissaires de la faillite de la république qui avait pour objectif de sortir "les gens" de l’obscurantisme... or... et leurs élus sont leurs trop souvent très dignes représentants !!

    De plus Nathalie, comble de provocation pour les adorateurs de spectacle de type narcissisme de masse médiatisé comme ce que l’on me rapporte si ma mémoire est bonne : staracadémi... Nathalie par exemple est loin d’être un laideron et une idiote, Régis est l’oin de ne pas être un honnête homme cultivé au sens Voltairien... autre provocation à l’égard de cette culture populaire consumériste d’images de truants musclés en costards cravates strictes et hygiéniques.

    Ce que les braves gens que j’entends dans la rue espèrent à l’égard d’AD... c’est qu’on n’en parle plus ! Voir pire, qu’ils souffrent encore et encore de faire preuve d’autant de courage, d’intégrité et d’honnêté !

    Alors demander à leurs élus une signature !!

    Et faire preuve d’humanité dans un temps de retour de l’obscurantisme mimétique grégaire et égoïste ...

    Quant à la comparaison qui revient souvent avec Papon : mais il me semble avoir appris (dossier de la gestapo ouvers...) combien nombreux ont été de ce brave peuple, en d’autres temps à avoir silencieusment utilisé l’occupant pour régler par lettres annonymes interposées ses comptes avec son voisin, tant et si bien que l’occupant, pourtant très motivé dans la cruauté, n’y croyait pas... alors papon, s’il est si facilement libéré, c’est que peut-être beaucoup s’y retrouvent !

    Mais je n’y étais pas, je n’étais d’ailleurs nulle part

    Et je rase les murs depuis déjà un certain temps... alors... comme je sais que si l’on ne me fera pas porter une étoile, on me fera porter une autre distinction...

    Bravo à vous pour vos articles. Bonne route

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.