Sistoeurs

Accueil du site > Anor mâle > Les Thénardier DEHORS !

Les Thénardier DEHORS !

mardi 8 mai 2007, par Franca Maï

A l’heure où Monsieur Sarkosy a gagné haut la main les Elections Présidentielles 2007- grâce à son tour opérator du troisième âge, savamment méritant, boosté par un programme réputé libéral, au gant de fer autoritaire- la Gauche, laminée, entonne son oraison funèbre.

Je salue ici la performance du Monsieur, petit par la taille mais grand bonimenteur invétéré qui a réussi par son intelligence, son charisme et sa force de persuasion à se hisser au rang du Président de la France. Pays réputé berceau des Lumières.

A l’heure où les artistes boutiquiers, en transes patriotiques, fêtent leur héros et chantent tel Enrico Macias « Ah, qu’elles sont jolies les filles de Sarkosy... » ou comme Jeane Manson « Oh happy day... when Nicolas ’s borned... » avec pour mot d’ordre de respecter les vaincus, la Gauche, terrassée, tourne de l’oeil.

Il est grand temps que le parti socialiste libère la rose prise en otage par le couple Thénardier -s’il veut retrouver sa crédibilité et son honneur perdus- et entame une introspection profitable.

La virginité de la rose, sans coutures.
La Gauche, n’étant ni la Droite, ni le Centre.
Pour une meilleure visibilité de la Lutte des classes.

Madame Ségolène Royal, deux fois aidée dans les urnes par le vote utile pour le premier tour et le vote par défaut, pour le second tour, vient d’administrer le coup de grâce. Un score au-dessous de nos pires cauchemars. Elle garde néanmoins, précieusement, ce sourire « tant habité » du début de sa campagne.

« Tous ensemble...Tous ensemble...Tralalalalère... »

et clame que c’est une victoire.

Contrairement à ses incantations distillées tout au long de sa campagne, elle ne sait pas marcher sur l’eau, ne multiplie ni les petits pains, ni les poissons, elle a su juste pousser une colère surjouée lors d’un débat-clef, sans réussir à rassembler les indécis ou les puristes. Brouillant les cartes, en louchant vers des familles incompatibles, en un grand écart arithmétique fatal.

Plus de 7 millions de précaires en France qui attendaient un signe fort de la Gauche et qui n’ont eu qu’une peau de chagrin à se mettre sous la dent.

Cette population fragilisée est la première cible -corvéable à souhait- du nouveau gouvernement qui prétend la soumettre, parce-que

« s’il y a des droits, il y a aussi des devoirs... »

Entendez ! Tu as une obole, mais tu astiques les latrines du Medef...

Donnant, donnant.

- C’est çà, l’égalité des chances, l’avenir souriant ?...

Cette population aujourd’hui orpheline attend d’être défendue par une Vraie Gauche solide, unie et solidaire.

C’est notre chantier futur.
La résistance est en route.

Le peuple qui souffre doit trouver une maison aux fondations indestructibles. Retroussons nos manches et construisons cette Gauche tant rêvée.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.