Sistoeurs

Accueil du site > Anor mâle > Le chemin de croix d’Alain Soral

Le chemin de croix d’Alain Soral

vendredi 29 décembre 2006, par Franca Maï

Ne criez pas sur tous les toits qu’Alain Soral cire les pompes de son « gros nounours punk à la sauce Walt Disney, Résistant de surcroît (sic) » il croit dur comme fer qu’il en est son éminence grise.

Fort de cette argutie, il part en guerre contre les gauchistes et veut prouver aux ouvriers de France qu’ils sont tous des lepénistes qui s’ignorent.

La sueur du prolétaire étant par définition masochiste, elle ne peut -d’après ses calculs- trouver son épanouissement que dans le programme du FN.

Donc, il conseille vivement aux travailleurs exploités d’assumer leur destin en votant pour leur futur bourreau, pourtant réputé tortionnaire des Algériens, adepte de la femme à la maison, sexiste notoire, partisan de la peine de mort, amateur de chants militaires, chantre de l’inégalité des races etc... etc...etc...

Pour ce faire, le chevalier Soral claironne qu’il va déringardiser ce mouvement au drapeau bleu blanc rouge trop voyant et entreprend sa tournée de propagande en « polissant » et en intellectualisant avec une perversité déroutante, les discours primitifs et xénophobes.

Par exemple, il confond délibérément un noble « anti-sionisme » avec un antisémitisme insupportable, (merci Serge Rivron) et se répand en amalgames, juxtaposant le bouddhisme et les catholiques intégristes afin d’embrouiller les cerveaux jusqu’à la nausée.

Par ailleurs, Alain Soral se revendique toujours marxiste. Marx se marre dans sa tombe.

Mais il est vrai qu’il se revendique aussi écrivain et essayiste. Friedrich Nietzsche se marre dans sa tombe.

Personne ne le lit ou en travers.

Il n’est connu que pour ses provocations et encore dans un cercle restreint.

Que la vie est dure avec le petit Soral.

En s’acoquinant à sa nouvelle PME -comme il la baptise- il élargit ainsi son cercle de diffusion. La culture chez ces gens-là étant très ciblée, nationaliste et « purifiée ». Amen.

Finalement son engouement pour le FN, est un réflexe d’épicier.

Par ici la bonne viande !

Mais à quel prix

et dans quels égarements ! (merci Serge Rivron)

Surtout ne criez pas sur tous les toits qu’Alain Soral cire les pompes de son « gros nounours punk à la sauce Walt Disney, Résistant de surcroît (sic) » il croit dur comme fer qu’il en est son éminence grise.

- Visionnez les vidéos sur Bellaciao

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Newsletter | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | SPIP
Les articles sont publiés sous licence Creative Commons.
Ils sont à votre disposition, veillez à mentionner l'auteur et le site émetteur.